Dark Side of Myself

By Saturnin

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

L'Audax 400km du Pépère-Club minute par minute

Envoyer Imprimer PDF

10h45 : départ de Lyon en vélo avec mon sac à dos pour rallier Fontaines-Saint-Martin. L’occasion de découvrir une chose que j’ignorais à propos du code de la route : la bande délimitée avec des pointillés et marqué d’un vélo correspond à un espace de stationnement pour les voitures. 9 voitures stationnées ou arrêtées de cette manière en l'espace d'un kilomètre.

11h30 : arrivée à Fontaines-Saint-Martin. Ca me laisse le temps de saluer les organisateurs et de manger mes sandwiches avant le départ, prévu à 12h15. Georges m’apprend que nous sommes 14 participants et 4 accompagnateurs, 2 dans la voiture ouvreuse et 2 dans la voiture suiveuse. Roger est là en tenue de cyclo, mais faute d’entrainement suffisant, il sera accompagnateur dans la voiture suiveuse.

12h15 : on attend les deux derniers participants qui viennent d’Annecy et qui malgré la marge qu’ils avaient prise pour le trajet ont été victimes des embouteillages.

12h16 : arrivée des retardataires.

12h20 : départ du groupe sur un parcours classique à travers les Dombes en direction du Revermont. Comme sur l’Audax 200km, Georges m’a demandé de faire le serre-file et d’aider à revenir en cas de crevaison d’un des participants.

14h28 : première pause à Dompierre-sur-Veyle. Tout va bien sous un soleil de plomb, et on a rattrapé les quelques minutes de retard au départ. On craint cependant que la première chaleur de l’année ne soit pas bien supportée par tout le monde.

14h43 : on repart pour un tronçon qui va être un peu plus vallonné puisque nous devons rejoindre la vallée du Suran. Comme l’allure a été un peu vive au départ, les capitaines de route décident de lever un peu le pied, il n’y a plus de retard à rattraper.

15h30 : les premières bosses du parcours sont là. Avec la chaleur, l’un des participants a un peu de mal et confie son casque à Roger pour garder la tête froide.

15h37 : regroupement général au sommet de la bosse. Le groupe a attendu croyant qu’il y avait eu une crevaison. On repart sur un profil plus facile, nous sommes maintenant dans la vallée du Suran que nous allons remonter.

16h30 : un coup de feu retenti. En fait, ce n’est qu’une chambre à air qui a explosé. Le pneu s’est déchiré au niveau de la tringle, curieux car le pneu est presque neuf (600km) et de bonne qualité. On change le pneu et la chambre à air et on repart. Georges nous a attendu un peu plus loin et nous sommes 4 à pédaler de concert pour rejoindre le groupe.

16h50 : le profil est plus accidenté et l’un des participants souffre à nouveau, des crampes. Il va rapidement monter dans la voiture. Un autre participant a un coup de chaud et nous restons avec lui jusque Saint-Julien-sur-Suran.

17h00 : arrivée à Saint-Julien sur Suran pour la seconde pause du jour. La victime du coup de chaud décide de monter dans la voiture le temps de récupérer.

17h20 : on repart à 12 en direction de Cressia, nous bifurquerons ensuite sur l’Ouest pour rejoindre la Bresse. Il faut donc à nouveau franchir les contreforts du Revermont. La seule féminine du groupe a un peu de mal dans les montées, mais recolle sans problème dans les descentes.

19h27 : arrivée à Louhans pour la troisième et dernière pause du jour. Les deux passagers des voitures ont récupéré et repartiront sur leurs vélos. La luminosité du jour est encore très bonne, les capitaines de route décident de faire un arrêt plus tard pour mettre les chasubles et les éclairages.

19h47 : le groupe repart au complet pour un tronçon qui s’annonce très plat, la Bresse n’est pas le Revermont. Et la fin de cette étape longe le Doubs.

21h02 : pause pour mettre les chasubles et les éclairages.

21h10 : on assiste à un magnifique coucher de soleil.

21h40 : la luminosité n’est plus suffisante, tous les éclairages s’allument, du moins ceux qui ne l’étaient pas encore. Comme je suis à l’arrière du groupe, je profite parfois de la lumière des phares de la voiture suiveuse.

22h19 : arrivée à l’hôtel à Verdun-sur-le-Doubs. On pose les vélos et on récupère les sacs avant d’aller manger.

22h30 : tout le monde est à table pour un menu spécial cyclo : du boulgour en entrée, du poulet à la crème avec du riz en plat de résistance et un fondant au chocolat comme dessert.

23h15 : prise de la chambre et douche.

23h37 : extinction des feux.

00h00 : sommeil.

02h58 : Georges frappe à la porte. Même au réveil, il semble qu’il soit interdit de dépasser les capitaines de route.

03h00 : le réveil sonne.

03h15 : petit-déjeuner. C’est copieux, je me contente d’une tasse de café et d’un morceau de pain beurré, je suis toujours en train de digérer le repas de la veille au soir.

04h00 : départ du groupe au complet. Le groupe est silencieux, tout le monde doit encore dormir.

05H09 : demi-tour, on a raté une bifurcation dans le village précédent. Le panneau n’était pas visible du côté par lequel nous arrivions. Nous étions en train de revenir sur Verdun-sur-le-Doubs. On profite de la petite pause pour satisfaire un besoin naturel.

06h00 : le jour commence à poindre.

06h50 : premier café ouvert et première pause du jour.

07h10 : on repart pour une grosse quarantaine de km.

08h35 : on fait une pause impromptue à Cluny pour permettre un regroupement après une pause imprévue d’un des participants.

08h41 : on repart de Cluny en file indienne, car la route est assez passante. Heureusement nous la quitterons assez rapidement pour emprunter la petite route parallèle à la nationale qui rejoint Macon. Le ciel est couvert mais les nuages semblent se contenter de rester sur les collines et comme nous restons dans la vallée, nous évitons la bruine ou les averses qui doivent régner plus haut.

08h56 : entrée dans le tunnel de la voie verte.

08h57 : nous recevons nos premières gouttes de pluie.

08h59 : nous sortons du tunnel et quittons la voie verte pour rejoindre la route.

09h13 : deuxième pause du jour à La Roche-Vineuse.

09h28 : fin de la pause on reprend la route. Il y a quelques kilomètres un peu pénible avec la circulation.

11h00 : on passe Saint-Didier sur Chalaronne et on commence à remonter sur le plateau. Les jambes sont lourdes pour un des participants, déjà victime de crampes la veille. On lève le pied pour lui permettre de recoller, d’autant que nous sommes un peu en avance sur les temps de passage prévu.

11h43 : pause repas à Sandrans.

12h58 : on repart en silence, digestion oblige.

14h18 : on se met en file indienne, toujours en silence, pour les quelques hectomètres que nous devons parcourir  sur la N83.

14h28 : séance de cyclocross dans la terre et les pierres ramenées sur la route par le violent orage d’hier soir.

14h36 : arrivée montée de la ruelle et pot de l’amitié.

15h15 : je remonte sur mon vélo pour rentrer à Lyon.

15h50 : même constatation qu'à l'aller sur le non respect des pistes cyclables dans Lyon. 5 voitures stationnées ou arrêtées dessus en l'espace de 200m.

16h00 : arrivée à Lyon.

21h30 : je dors devant le match de foot.

Le résumé du brevet vu par les capitaines de route est disponible sur le site du Pépère-Club, en suivant ce lien.

Share
Mise à jour le Mardi, 19 Juin 2012 21:40  

Commentaires  

 
# ptetortue 06-04-2015 18:19
le même audax 200km , mais en double :o :-*
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
# Saturnin 07-04-2015 05:00
Ca a été une première pour la plupart des participants je crois. Mais tout le monde est bien rentré. Ce brevet n'a plus lieu, sinon on t'y aurait inscrite ;-)
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir