Dark Side of Myself

By Saturnin

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
En VTT

Oups, j’ai encore fait la Strada dell’Assietta…

Envoyer Imprimer PDF

Encore un article sur la Strada dell'Assietta. Il s'agit de mon cinquième passage sur cette magnifique route de crêtes au-dessus de Sestrière depuis 2009. Il y avait aussi eu une tentative en solo avortée en 2008. Comme lors de mes précédents passages, c'est accompagnés de copains membres du du Club des Cent Cols que j'y vais, 9 ou 12 cols à plus de 2000m (selon la variante), ça ne se refuse pas.

Cette fois ci, nous sommes 4. Initialement, nous devions être 2 ou 3, puis finalement Baraque s'est joint à nous, et Manu, le mari de P'tite Tortue a pris goût au VTT et va nous accompagner. La météo s'annonce bonne et nous nous retrouvons pour un départ à 9h. Comme d'habitude, nous partons de Sestrière, c'est le plus facile. Il n'y a qu'en 2009, avec Migi, que nous étions partis de Susa, ce qui rallonge le parcours, et augmente le dénivelé.

Tout le monde est prêt à partir. Et nous basculons en direction de Turin pour 16km de descente, la partie la plus facile du parcours. Il fait un peu frais, mais moins que ce que l'on craignait, la température maximum annoncée aujourd'hui est de 15°C à Sestrière, ce qui veut dire en-dessous de 10°C à notre point le plus haut, un peu moins de 2800m d'altitude, sans tenir compte du vent éventuel. A première vue, j'ai l'impression qu'il fera plus chaud que ça.

Arrivé à Pourrières, première pause de la journée pour retirer les vestes, nous sommes parti pour 18km d'ascension et 1400m de dénivelé. C'est un col italien, donc ça grimpe assez fort, ils n'hésitent pas à mettre des pourcentages. Du coup, certaines petites gênes apparaissent et nous faisons une pause à Balboutet pour ajuster la position (mauvaise horizontalité) de la selle sur les vélos de Manu et de P'tite Tortue.

A l'assaut du colle delle Finestre et de la Strada dell'Assietta
A l'assaut du colle delle Finestre et de la Strada dell'Assietta

 

Fréjus et Arrondaz

Envoyer Imprimer PDF

Après l'échec (relatif, nous avons quand même rajouté le col des Gourses à nos tableaux de chasse) de la veille, nous sommes bien décidés à aller jusqu'au sommet du col du Fréjus. Le départ se fait à la fraiche pour monter jusqu'à la station de Valfréjus.

Après avoir tourné un peu dans la ville de Modane, nous commençons à nous. Le soleil illumine les sommets et le fort de Modane mais n'est pas encore arrivé au fond de la vallée.

Le fort de Modane
Le fort de Modane

 

Echec au Jandry

Envoyer Imprimer PDF

Gravir le Jandry, voilà un petit moment que j'avais cette idée derrière la tête, depuis que j'avais découvert cette possibilité de faire un col à plus de 3000m sur le site de Cyclomaniac. Il ne me fallait qu'une opportunité de le faire. Un week-end de libre en fin de saison et une météo clémente. C'est le cas, j'ai donc concocté un programme VTT pour le week-end et j'ai proposé cela aux copains. Alain a hésité puis a finalement décliné, seul Jean-Paul a été assez fou pour m'accompagner. Il a déjà fait l'initiation piste avec nous et nous avait accompagné, Christophe et moi, sur la Strada dell'Assietta et au-dessus du Granon.

Nous nous retrouvons du côté de Vizille pour nous rendre ensuite au barrage du Chambon où nous allons garer les voitures. Nous avons environ 1h de retard sur ce que nous avions prévu comme horaire de départ. Espérons que cela ne nous empêchera pas de rejoindre le sommet.

Nous voilà parti dans la montée vers la station des 2 Alpes. On y va tranquillement, sans s'affoler. Il y a près de 2100m de dénivelé qui nous attendent, pas la peine de s'épuiser dès le départ. Et puis sur la route, nos VTT n'ont pas un rendement exceptionnel, il faut être patient.

Nous sommes assez rapidement à l'entrée de la station et je suis la trace rentrée sur le GPS pour partir dans la bonne direction. La piste se voit très distinctement dans la pente, mais trouver le départ est parfois délicat à trouver. Après un replat, nous revoilà dans les pentes. On s'élève rapidement au-dessus de la station et la route se transforme en piste.

Si la montée vers la station ne présente pas d'intérêt, uns fois que l'on commence à s'élever, la vue se dégage petit à petit.

Arrivés au niveau du sommet du télésiège de la petite aiguille, nous décidons de faire la pause pour manger. Nous avons une superbe vue sur les sommets qui dominent la vallée de la Romanche, du côté d'Auris ou du plateau d'Emparis.

Point de vue en direction d'Auris en Oisans
Point de vue en direction d'Auris en Oisans

 

Un beau tableau de chasse : Parpaillon, Girabeau, Valbelle, Vars et 4 autres

Envoyer Imprimer PDF

Aujourd’hui, une grosse journée s’annonce. J’ai prévu de partir à 8h et estime rentrer vers 18h. Et ça, sans trop m’arrêter pour prendre des photos de marmottes. J’ai fait une provision de marmotte il y trois jours au lac de l’Orrenaye (lien).

C’est un parcours que j’ai bien étudié et que j’ai en tête depuis quelques temps déjà. L’idée de départ était de faire une boucle passant le Parpaillon et de revenir en cueillant au passage d’autre col. Le grand classique que j’avais trouvé revenait par le col de Jaffueil mais il y a une longue partie non cyclable qui ne m’intéresse guère. J’ai donc cherché une alternative et j’ai trouvé qu’en passant par le col de la Coche, j’arrivais au-dessus de Risoul et que je pouvais ensuite rejoindre la station de Vars avec 4 cols à plus de 2000m au passage (Chérine, Valbelle, Vallon et Saluces). Par contre, cela rallonge le sensiblement parcours puisqu’il dépasse les 100km pour un peu plus de 3000m de dénivelé.

Un parcours bien étudié
Un parcours bien étudié

 

Les cols de Mallemort et de Viraysse

Envoyer Imprimer PDF

Après une journée de repos imprévue pour cause de pluie, je décide de retourner sur une piste déjà empruntée il y a 2 ans. A l’époque, des névés m’avaient dissuadé d’aller jusqu’au col de Viraysse et la batterie d’artillerie de la tête de Viraysse qui domine le col. Cette fois-ci, nous sommes plus tard en saison, la neige n’a pas été trop abondante cet hiver, et les renseignements que j’ai pris me confirment qu’il n’ y a plus de neiges entre les 2 cols.

Le départ se fait à la fraiche, avec la pluie de la veille, les températures ont un peu chuté. Le ciel est toujours un peu couvert ce matin, mais normalement, le soleil devrait résister aux nuages jusqu’à la fin de l’après-midi, largement plus qu’il ne m’en faut pour boucler mon parcours.

Les nuages s'accrochent sur les sommets
Les nuages s'accrochent sur les sommets

 

Le faux-col de Restefond et le vallon de la Moutière

Envoyer Imprimer PDF

Première journée de vacances et départ en VTT direction le col de la Bonette. Une ballade que j'avais en tête depuis un moment mais que j'avais abandonné pensant que ce parcours étaiti interdit au VTT à cause d'un cours tronçon dans le parc national du Mercantour. Rensigenement pris, comme la piste était autorisé au voiture, j'en ai déduit que les VTT étaient autorisés également, ce que m'a confirmé Pierre, du gite des Bartavelles à Jausiers. Il n'y a pas grand monde sur la route, je m'attendais à voir plus de voitures que ça pour un dimanche de juillet.

J'aborde la montée tranquillement, avec le VTT c'est une autre histoire qu'avec un vélo de route. Malgré ça, je rattrape quelques cyclos très rapidement, eux-aussi sont en VTT, ceci explique cela.

Un petit regard sur la vallée
Un petit regard sur la vallée

 

Soleil et cols sur le plateau d'Emparis

Envoyer Imprimer PDF

Emparis, 4 ans que j'y pense et que la météo et mon agenda m'en privent, aussi quand une proposition d'aller le faire ce week-end a été lancée sur la liste de diffusion du club des 100 cols, j'ai sauté sur l'occasion.

 

Chasse aux cols autour du Granon

Envoyer Imprimer PDF

 Après la grosse journée de la veille, nous avons choisi un programme plus léger aujourd’hui. Enfin, le parcours n’est pas facile pour autant puisqu’il faudra grimper au Granon pour ensuite aller chercher les cols muletiers qui sont proches du sommet.

 

4ème passage sur la Strada dell'Assietta

Envoyer Imprimer PDF

C’est une sortie que j’ai proposé à Jean-Paul il y a quelques mois déjà et pour laquelle nous avons fixé la date. Voyant que Christophe a aussi prévu de rouler ce week-end là, je lui propose de se joindre à nous. Et c’est ainsi que nous nous retrouvons à 3 pour ce week-end.