Dark Side of Myself

By Saturnin

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Paris-Brest-Paris : Mortagne-au-Perche - Dreux

Envoyer Imprimer PDF

Le réveil est trop vite là, mais nous nous levons avec la certitude que physiquement nous pourrons aller au bout. Alors que nous sommes encore tout endormi, nous croisons Chrystel, qui ne voyant pas de grosse manifestation d’enthousiasme croit que nous boudons. En réalité, nous sommes juste mal réveillés. Il faut dire qu’elle peut compter ses heures de sommeil depuis le départ peuvent se compter sur les doigts de la main, sa méprise est donc aisément compréhensible.

Chrystel est dans un état d’énervement assez extraordinaire et refuse de répondre à Jean-Jacques qui l’appelle pour lui prodiguer ses conseils. J’essaye de la calmer un peu, mais rien n’y fait, et puis je ne dois plus être très lucide non plus.

Nous rejoignons Jean-Jacques et Rodolphe à la voiture. Yann n’est pas là, et Jean-Jacques n’a pas eu de ses nouvelles, malgré ses nombreux coups de fils. Comme notre départ précède de peu la fermeture du contrôle, nous nourrissons de grandes inquiétudes son égard. En repartant, nous apercevons un cyclo installé dans un guichet de banque pour dormir au chaud.

En progressant vers Dreux, nous nous racontons nos parcours respectifs et ce qui nous a marqué pendant le parcours. Les kilomètres défilent pendant nos récits mais l’allure est très irrégulière. Chrystel dont le genou est toujours douloureux a du mal à conserver un rythme régulier et nous alternons entre les passages à 25km/h et ceux à 16km/h.

Après un dernier mur à gravir à l’entrée de Dreux, l’occasion d’un des derniers passages du triple plateau, nous sommes au ravitaillement.

Jean-Jacques et Rodolphe nous apprennent que Yann est passé en dehors du délai à Mortagne, comme nous le redoutions. Nous avions tant espéré réussir tous les quatre ensembles, le sort en aura décidé autrement.

Nous allons nous ravitailler généreusement et nous savourons les instants que nous vivons. Mais pas question pour autant de prendre notre temps, il nous faut conserver une certaine marge pour pouvoir faire face à un éventuel coup dur. Nous repartons donc au bout de l’heure que nous nous étions donné.

Share
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir